A décourvrir, toutel'actualité de l'Eglise catholique du Liban,
des dossiers et des informations pratiques.
Dernière mise à jour :

 
 
INFO DU JOUR
Retour
Mahmoud Ammar, l’un des ténors de la vie parlementaire avant la guerre, n’est plus 
27/5/2010

Mahmoud Ammar, l’un des ténors de la vie parlementaire avant la guerre, n’est plus

OLJ - 27/05/2010

 


Il a marqué pendant 35 ans la vie parlementaire au Liban, plus particulièrement durant la période qui a précédé le déclenchement de la guerre libanaise. Plusieurs fois ministre, il a été l'un des fondateurs du Conseil supérieur chiite et a contribué activement à l'élaboration de l'accord de Taëf. Mahmoud Ammar, ancien député de Baabda, s'est éteint mardi à l'âge de 90 ans. Ses obsèques ont eu lieu hier après-midi à Bourj Brajneh, en présence de nombreuses personnalités politiques, dont notamment le ministre Adnane Sayyed Hussein, représentant le président Michel Sleiman, le député Henri Hélou, représentant le chef du législatif Nabih Berry, le ministre Ali Abdallah, représentant le Premier ministre Saad Hariri, l'ancien président de la Chambre, Hussein Husseini, les députés Ali Ammar, Ayoub Hemayyed, Mohammad Raad, Abdel Latif Zein et Antoine Zahra (qui a présenté ses condoléances au nom du président du conseil exécutif des Forces libanaises Samir Geagea), les anciens députés Salah Honein, Salah Haraké, Amine Cherri, Pierre Daccache, Mohammad Youssef Beydoun et Mohammad Berjaoui, le brigadier Youssef Sebaali, représentant le commandant en chef de l'armée, et le vice-président du Conseil supérieur chiite, cheikh Abdel Amir Kabalan.
Né à Bourj Brajneh en 1920, Mahmoud Ammar a fait ses études scolaires d'abord à Chiyah, puis au collège de La Sagesse, pour les cycles complémentaire et secondaire. Il a suivi des études de droit à l'Université Saint-Joseph, obtenant sa licence en 1944. Parallèlement à sa carrière d'avocat, Mahmoud Ammar s'est rapidement intéressé à la chose publique. Marié et père de six enfants, il a été élu président du conseil municipal de Bourj Brajneh en 1952, fonction qu'il a assumée jusqu'en 1962. Il a été élu député de Baabda pour la première fois en 1957 et a été réélu sans interruption lors des scrutins de 1960, 1964, 1968 et 1972.
Il a conservé son mandat parlementaire jusqu'en 1992.

 


Mahmoud Ammar était membre du bloc parlementaire du Parti national libéral (PNL) et entretenait des liens étroits avec le président Camille Chamoun dont il était l'un des plus fidèles députés. En tant que membre fondateur du Conseil supérieur chiite, il était également très proche de l'imam Moussa Sadr. Il a été nommé ministre de l'Information en 1974 dans le gouvernement de Rachid Solh, puis ministre d'État en 1980 dans le gouvernement de Chafic Wazzan et ministre des Ressources hydrauliques et électriques. Il avait été élu cette année président de la ligue des anciens députés.

L'hommage du PNL
Le PNL a publié un communiqué rendant un vibrant hommage au disparu, soulignant que Mahmoud Ammar « était l'un des compagnons du président Camille Chamoun et l'un des fondateurs du parti (le PNL) ». « Il a été élu dans le cadre du bloc parlementaire du PNL à la suite de cinq sessions parlementaires », relève le PNL qui ajoute que la disparition de Mahmoud Ammar représente « une grande perte pour le pays et le parti, plus particulièrement en ces circonstances difficiles que traverse le Liban et qui nécessitent la présence d'hommes de cette envergure ». Et le PNL de s'engager en conclusion à poursuivre son action « sur la voie de Mahmoud Ammar en vue de l'édification d'un Liban souverain, libre et indépendant ».
De son côté, le vice-président du Conseil supérieur chiite, cheikh Abdel Amir Kabalan, a également publié un communiqué rendant hommage au disparu.

 

Membre
  Nom d’utilisateur
  
  Mot de Passe
  
  oublié mot de passe
  cliquez ici
  Nouveau venu?
  Inscrivez-vous !
 
Rechercher
dans