AR | EN

مجلس البطاركة والاساقفة الكاثوليك في لبنان
اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام في لبنان
المركز الكاثوليكي للإعلام في لبنان

Qui Sommes-Nous

Au Liban, se vit, dans une certaine tension, une coexistence démocratique parmi les 17 confessions religieuses réparties principalement entre deux grandes communautés chrétienne et musulmane, et représentées proportionnellement au Parlement et dans la fonction publique. De la même manière, la moitié des 500 heures annuelles d’émissions religieuses à la radio et des 8 heures de celles de la télévision nationale revient à chacune de ces 2 communautés qui se chargent de les partager entre leurs sous-groupes. Cependant les nouvelles et les événements religieux, nationaux et internationaux, sont souvent communiqués dans les bulletins quotidiens d’informations, à la radio et à la télévision, en plus, occasionnellement, de quelques causeries ou tables rondes à sujets religieux ou moraux.
Membre officiel de l’O.C.I.C. (Organisation Catholique Internationale et de l’Audiovisuel) depuis 1956, le Liban a été fédéré à UNDA (Association Catholique Internationale pour la Radio et la Télévision) au Congrès de Manille en 1980. Sa Commission ةpiscopale pour les Moyens des Communication sociale (M.C.J.) a institué, en 1978, à Jal-Eddib, banlieue nord de Beyrouth, le «Centre Catholique d’Information ».
Les réunions mensuelles de cette Commission regroupent une douzaine de membres, dont les responsables des sous-commissions de la Presse, du Cinéma/Télévision et de la Radio. Dès le départ, une ouverture œcuménique a été réalisée, comme nous l’avons déjà signalé. Des calendriers, sous forme de pochettes, illustrent des textes de l’Ecriture sainte, par exemple en 1981 (15.000 + 5.000 affiches) et en 1982 (20.000), respectivement sur la paix et le troisième âge.
De nombreuses conférences de presse s’y tiennent selon les circonstances : passage de certaines personnalités du monde chrétien ; présentation de telle traduction en langue arabe d’un livre de spiritualité ou d’un document pontifical.
De plus, il diffusait un Bulletin mensuel. D’abord écrit en langue arabe, puis en langue française, (300) et en langue anglaise (100), il était destiné aux agences de presse, aux chefs religieux et aux responsables des médias. Il était rédigé sous forme de revue de presse, contenant des nouvelles chrétiennes et religieuses (musulmanes aussi). Il était distribué au Liban, dans les pays arabes (qui le laissent passer) et dans ceux de l’émigration libanaise (l’Amérique du Nord et du Sud, l’Australie…). Ce bulletin faisait partie des 82 publications au Liban dont (52 en langue arabe (5 musulmanes, 57 chrétiennes), 12 en français, 7 en arménien et une en anglais. Il ne paraît plus, faute d’argent.
Le Centre Catholique d’Information collabore avec le Comité libanais pour les publications chrétiennes en langue arabe. Il reste en liaison, avec Radio Vatican et d’autres agences internationales pour la communication habituelle des informations religieuses. Il coordonne les publications d’articles religieux dans les quotidiens et les revues hebdomadaires. Il maintient certains contacts avec les milieux professionnels, à travers des rencontres soit interpersonnelles, soit officielles (une fois par an). Il lance de temps à autre une enquête sur les problèmes de la foi et sur la morale des mœurs, surtout parmi les universitaires.
Deux pôles annuels mobilisent en grande partie les activités de la Commission ةpiscopale et de son Comité pour les M.C.S. dans une perspective d’information et de formation : la Journée Mondiale de la Paix (début janvier – d’une actualité toujours brûlante, vu la situation du pays), et la Journée Mondiale pour les M.C.S. (dimanche qui précède la Pentecôte). En plus de la distribution de dépliants et d’affiches, des concours de dessin sont organisés. En 1983, un livret de catéchèse de 16 pages, tiré à 12.650 exemplaires, à l’intention des écoles chrétiennes, a été un essai apprécié d’explication, d’exercices de réflexion et de réponses, relatif au thème proposé cette année-là. L’expérience est continuée et améliorée les années suivantes.
Au niveau du cinéma, la Commission a produit, en 1980/81, un film qui, de moyen métrage (35mn), est devenu un long métrage en couleur et noir et blanc : « Liban, malgré tout », écrit et réalisé par le jeune cinéaste André Gédéon. La copie du moyen métrage initial avait été montrée aux membres du IIe Congrès Maronite Mondial à New York, en octobre 1981. Les circonstances difficiles et précaires de la réalisation, effectuée en pleine guerre, ont contribué à accentuer le caractère inachevé d’une œuvre par ailleurs spirituellement positive, dont l’exploitation sera reprise avec plus d’efficacité à partir d’octobre 1983.
En 1974, chaque matin, de 6h.30 à 6h.45, un programme religieux chrétien œcuménique, passe régulièrement sur les ondes nationales. De même, mais antérieurement déjà, la messe du dimanche, célébrée dans différents rites orientaux, et suivie d’une musique religieuse commentée, est radiodiffusée de 11h. à 13h. A l’occasion : des grandes fêtes chrétiennes (Pâques, Noêl…), des Journées Mondiales de la paix ou de M.C.S. de la semaine de l’Unité… des messes solennelles et pontificales prennent un caractère particulier de témoignage communautaire en union aux intentions de l’Eglise universelle.
Parallèlement, des reportages d’actualité à caractère religieux paraissent dans la presse écrite et sont transmis à la télévision nationale, indépendamment des émissions spéciales présentées aux fêtes et aux Journées mentionnées ci-dessus.
Des films pédagogiques, entre autres une série de 14 films en anglais : « This is the life », dus à l’initiative de l’Eglise Luthérienne, ont été programmés sur le petit écran.
Enfin quatre fois par an, une transmission en direct par satellite des cérémonies de Rome et de la bénédiction papale relie les chrétiens au cœur du symbole de leur unité.
Dans le contexte sociogéographique actuel, la Commission Episcopale a plusieurs tâches à mener à bonne fin. Elle veille au maintien du droit des chrétiens par rapport à leur temps de présence à l’antenne et à leur action dans les différents médias.
Elle favorise la cohésion entre catholiques et chrétiens, en vue d’une entente concrète autour du message du Christ à transmettre.
Elle se préoccupe de procurer une formation aux médias aux futurs prêtres, religieux et religieuses ; cherche à s’entourer de collaborateurs laïcs compétents, et a comme objectif de promouvoir une éducation et une pédagogie adaptées aux M.C.S. dans les écoles, les collèges et les universités.
Dans cet esprit, elle voudrait instaurer et développer la branche « audiovisuel et évangélisation » pour que la bonne nouvelle du salut puisse atteindre, par les moyens de communication appropriés à notre temps et dans la langue sémitique arabe, tous les enfants de Dieu dispersés de la région.