AR | EN

مجلس البطاركة والاساقفة الكاثوليك في لبنان
اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام في لبنان
المركز الكاثوليكي للإعلام في لبنان

Prise de position du Pape sur le statut de Jérusalem

Jérusalem (Agence Fides) – « Ma pensée va à Jérusalem. A ce propos, je ne peux cacher ma profonde préoccupation concernant la situation qui s’est créée ces derniers jours et, dans le même temps, [je me dois] d’adresser un appel éploré afin que tous s’engagent à respecter le statu quoi de la ville, conformément aux Résolutions des Nations unies la concernant ». C’est par ces paroles, prononcées au terme de l’Audience générale de ce matin que le Pape François a exprimé son empressement concernant la coexistence au sein de la Ville Sainte, se référant implicitement aux nouvelles tensions provoquées par la décision annoncée de l’Administration américaine de transférer à Jérusalem son Ambassade, jusqu’ici sise à Tel Aviv. « Jérusalem – a ajouté le Pape – est une ville unique, sacrée pour les juifs, les chrétiens et les musulmans, qui y vénèrent les Lieux Saints de leurs religions respectives et elle a également une vocation spéciale à la paix. Je prie le Seigneur afin que cette identité soit préservée et renforcée au profit de la Terre Sainte, du Proche Orient et du monde entier et pour que prévalent la sagesse et la prudence afin d’éviter d’ajouter de nouveaux éléments de tension dans un panorama mondial déjà convulsé et marqué par de nombreux et cruels conflits ».
Au cours de la journée d’hier, le Président palestinien, Abu Mazen, avait eu une conversation téléphonique avec le Pape François à propos de la question du transfert de l’Ambassade américaine à Jérusalem. « Il faut espérer que cette annonce de l’Administration américaine – indique à l’Agence Fides le Père Mikhael Abdo Abdo OCD, Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires en Terre Sainte – ne représente qu’un geste fait pour vérifier quelles auraient été les réactions. Cependant celles-ci étaient déjà prévisibles. Il était en effet facile de reconnaître qu’il s’agissait d’une très mauvaise idée qui aurait pour conséquence de provoquer une nouvelle guerre des pierres. Par ailleurs, on ne comprend pas qui a intérêt à créer de nouveaux problèmes ici, alors que nous nous préparons à célébrer Noël ». (GV) (Agence Fides 06/12/2017)