AR | EN

مجلس البطاركة والاساقفة الكاثوليك في لبنان
اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام في لبنان
المركز الكاثوليكي للإعلام في لبنان

Paul VI pourrait être canonisé en l’année des 50 ans d’Humanae vitae

Les cardinaux viennent de donner leur avis favorable pour la reconnaissance d’un miracle dû à l’intercession de Paul VI, confirme Andrea Tornielli, ce 6 février 2018. Une guérison que nous avions racontée le 23 décembre dernier.

Mais la décision de promulguer le décret ad hoc de la Congrégation pour les causes des saints et de la canonisation appartient au pape François qui engage son magistère dans une canonisation. Et il peut passer au moins quinze jours entre un vote des cardinaux et l’approbation papale.

Si le pape donnait son feu vert, le bienheureux Paul VI pourrait être canonisé en l’année des 50 ans de son encyclique sur la vie humaine, « Humanae Vitae », du 25 juillet 1968, peut-être pendant le synode des jeunes (3-28 octobre 2018).

Le pape François a béatifié Paul VI (1897-1978), le 19 octobre 2014, au terme du premier synode des évêques sur la famille.

La prière du bienheureux Paul VI a obtenu une guérison « inexplicable selon l’état actuel de la science », selon l’expression consacrée; C’est ce qu’avait indiqué l’hebdomadaire du diocèse de Brescia (Italie), « La voce del Popolo » le 22 décembre 2017 qui titrait: « Ce sera l’année de Paul VI saint » et « Paul VI saint: une belle nouvelle ».

Le 13 décembre dernier, les théologiens de la Congrégation pour les causes des saints ont approuvé la reconnaissance du « miracle », alors que la commission médicale avait donné auparavant un avis favorable. Les cardinaux devaient se prononcer. C’est chose faite. Il ne reste plus que la décision du pape François.

La guérison, survenue en 2014, concerne une petite fille de la région de Vérone (Italie), Amanda, qui, avant sa naissance, a survécu à un risque avéré d’avortement. Elle a eu trois ans à Noël.

Sa maman, Vanna Pironato, âgée de 35 ans, déjà mère d’un petit garçon de 5 ans, en était à sa 13e semaine de grossesse quand elle dut être hospitalisée pour un risque d’avortement, après la rupture prématurée du placenta. Mais la situation ne s’améliorant pas, les médecins évoquèrent un « avortement thérapeutique ». Vanna et son mari, Alberto, décidèrent de poursuivre la grossesse.

Une amie leur suggéra alors de confier l’enfant à la prière de Paul VI, qui allait être béatifié, justement après un miracle ayant sauvé la vie d’un foetus.

Le couple décida de se rendre en pèlerinage au Sanctuaire des Grâces pour prier le pape Montini qui aimait ce sanctuaire et qui y a célébré sa première messe. Ils ont ensuite invoqué sa prière tous les jours. La maman poursuivit les contrôles médicaux réguliers, les thérapies mais la perte du liquide amniotique continuait.

Le 25 décembre 2014, vers 4h du matin, Vanna Pironato fut hospitalisée avec les signes d’un accouchement imminent. Environ deux heures plus tard, elle donnait naissance à sa petite-fille, à la 26e semaine de grossesse. Le bébé prématuré sera deux jours en soins intensifs, et quatre mois plus tard elle quittera l’hôpital en bonne santé.

Pour la béatification, le miracle retenu était la guérison inexplicable d’un enfant dans le sein de sa mère, en Californie, 18 ans plus tôt. L’enfant était menacé de mort ou de graves malformations, ce qui avait conduit les médecins à conseiller l’avortement.

Mais, demandant la prière du pape Paul VI, la jeune maman avait décidé de mener à bien sa grossesse. Elle a attendu que son enfant ait 15 ans pour parler de miracle. Un miracle qui rappelle l’engagement de Paul VI, en faveur de la vie.

Lors d’une rencontre avec des membres du diocèse de Brescia, le 22 juin 2013, le pape François avait rendu hommage au « grand pape » Paul VI, qui vivait de façon « passionnée » « l’amour du Christ, l’amour de l’Église et l’amour de l’homme ».

Il a confié que les discours de Paul VI étaient pour lui « une force spirituelle » : « ils m’ont fait beaucoup de bien dans ma vie… j’y reviens sans cesse, parce que cela me fait du bien d’entendre ces mots de Paul VI aujourd’hui. »

Il est allé plusieurs fois se recueillir sur sa tombe, dans les « grottes vaticanes », sous la basilique Saint-Pierre.

Le pape Benoît XVI avait approuvé le décret reconnaissant que Paul VI avait vécu les vertus chrétiennes et humaines de façon « héroïque », le 20 décembre 2012

Zenit 7/2/2018