AR | EN

مجلس البطاركة والاساقفة الكاثوليك في لبنان
اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام في لبنان
المركز الكاثوليكي للإعلام في لبنان

Audience générale: l’Évangile est parole vivante

Ce mercredi 7 février, au cours de l’audience générale en salle Paul VI du Vatican, le Pape François a poursuivi son cycle d’enseignements sur la messe, s’attardant, pour la deuxième semaine consécutive, sur la Liturgie de la Parole, et notamment sur la proclamation de l’Évangile et l’homélie.

Manuella Affejee - Cité du Vatican

L’Évangile est le point culminant du dialogue entre Dieu et son peuple; il est la «lumière qui permet de comprendre le sens des textes bibliques qui l’ont précédé». C’est d’ailleurs pour cela que la Liturgie le distingue des autres lectures, et l’entoure d’une vénération toute particulière: encens, bougies, signe de croix de l’assemblée sur le front, la bouche, et le cœur. Autant de signes qui manifestent la reconnaissance, par l’assemblée, de la présence du Christ.

C’est d’ailleurs le Christ qui est au centre de tout, a rappelé le Pape, c’est Lui qui nous parle, directement, à travers l’Évangile. «Nous ne lisons pas l’Évangile pour savoir comment les choses se sont passées, mais pour prendre conscience de ce que Jésus a dit et fait une fois et de ce qu’il continue de nous dire et d’accomplir pour nous». Cette parole est «vivante» et parle à notre cœur.

Clarté et brièveté des homélies

Pour faire parvenir son message, «le Christ se sert aussi de la parole du prêtre», à travers l’homélie. Mais attention, a prévenu le Pape, l’homélie n’est ni un discours de circonstance, ni une catéchèse. Elle est une «reprise de ce dialogue déjà engagé entre le Seigneur et son peuple». D’où l’importance pour celui qui prêche, -le prêtre, le diacre et l’évêque-, de bien préparer son homélie, en ayant bien à l’esprit qu’il donne la parole à Jésus. Et l’homélie, a insisté le Pape, doit être brève. Et de prendre l’assistance à témoin : «combien de fois voyons-nous, pendant l’homélie, plusieurs qui s’endorment, sortent ou vont fumer une cigarette ? ». Pour être efficace, l’homélie requiert une préparation soigneuse, a recommandé le Pape, par la prière et l’étude de la Parole de Dieu;  elle doit être une synthèse claire, et ne doit pas excéder les dix minutes.

Et le Souverain Pontife de conclure: «si nous nous mettons à l’écoute de la ‘Bonne nouvelle’, nous serons convertis et transformés par elle, et partant, capables de nous changer nous-mêmes et changer le monde. (…) Parce que la Bonne nouvelle, la Parole de Dieu entre par les oreilles, va au cœur et arrive dans les mains, pour accomplir des œuvres bonnes».

VN 8/2/2018